«

»

avr
09

Donne-moi ton adresse IP je te dirai où tu habites

L’union fait la force.  C’est le dicton qui pourrait résumer le principe du « crowdsourcing », cette technologie permettant d’atteindre à plusieurs ce qu’il est impossible d’obtenir seul.

Il existe une multitude d’applications de cette technique : en voici un nouvel exemple. Le service internet Maxmind permet de géolocaliser (pays, ville, quartier, …) un internaute à partir de son adresse IP (l’identifiant unique de chaque utilisateur connecté à internet). Cela se présente sous la forme d’une base de données, gratuite ou payante en fonction de la précision que l’on souhaite. Plus de trois milliards d’adresses IP sont ainsi répertoriées et géolocalisées à travers le monde (242 pays couverts), dont 73 millions en France.

A quoi et à qui cela sert-il ? Les cas d’usage sont nombreux. C’est utile par exemple pour les sites internet qui souhaitent diffuser une information automatiquement adaptée à la localisation de chaque visiteur : météo, évènements à proximité, langue des contenus, … Cela peut également servir pour des analyses statistiques de trafic : répartition des visites par zone géographique, par pays, etc. … Les systèmes de détection de paiement en ligne frauduleux peuvent aussi tirer parti de ces données. Des sociétés renommées utilisent Maxmind, comme par exemple Google.

Géolocaliser toutes les adresses IP est extrêmement  difficile. En effet elles changent régulièrement, et les fournisseurs d’accès à internet ne communiquent pas sur leur répartition. Comment Maxmind a-t-il réussi à collecter ces précieuses informations ? C’est bien ce qui nous intéresse.

Le principe est le suivant : Maxmind a noué des partenariats avec des sites internet qui demandent à leurs visiteurs d’entrer leur adresse (sites de commerce en ligne, …). Les millions de données ainsi collectées sont traitées et croisées à l’aide d’algorithmes spécifiques, permettant de fiabiliser et mettre à jour les associations entre adresse IP et localisation. C’est grâce à cette astucieuse technique mettant à contribution des millions d’internautes (sans qu’ils le sachent !) que cela fonctionne.

Une belle illustration de « crowdsourcing », que l’on pourrait ranger dans la rubrique « connaissance collective  » de ce classement.

 

Laisser un commentaire