«

»

mar
15

Euromillions : les petites habitudes des européens

 

Quelles sont les habitudes des joueurs européens ? Jouent-ils tous de la même façon ? Ce billet résume la lecture d’une intéressante étude réalisée par Patrick Roger, économiste à l’université de Strasbourg : « La demande de grilles d’Euromillions – Une comparaison internationale ».

Euromillions existe avec les mêmes règles et la même cagnotte dans neuf pays européens. Cela en fait une loterie particulièrement bien adaptée pour faire des comparaisons, par exemple sur les habitudes de jeu. Son analyse peut apporter aux chercheurs et aux opérateurs de jeux de hasard des informations intéressantes.

Voici pour quelques pays, ce qu’on apprend dans cette étude.

Portugal

Le Portugal joue en proportion beaucoup plus que les autres. Notamment près de 6 fois plus que la France !

Royaume-Uni
Le Royaume-Uni est le pays qui joue le moins par rapport à sa population. Mais les variations du nombre de joueurs d’un tirage à l’autre sont beaucoup plus prononcées qu’ailleurs. Les Britanniques sont très sensibles aux évolutions du jackpot, et son montant influe beaucoup sur le nombre de participants.

Cela s’est bien vérifié vendredi dernier, jour de grosse cagnotte (85 millions d’Euros). Les Britanniques ont été les plus nombreux d’Europe à jouer avec 15 millions de grilles enregistrées.

Une des explications est que les activités de jeu au Royaume-Uni constituent un marché très compétitif. Euromillions n’est donc qu’une loterie parmi des centaines d’autres. Il faut que les cagnottes soient très élevées pour qu’Euromillions se différencie, et donc attire du monde.

Espagne

Avec le Portugal, l’Espagne est le pays pour lequel les variations du nombre de joueurs d’un tirage à l’autre sont les plus faibles. En particulier ils ne sont pas très sensibles aux grosses cagnottes. Patrick Roger explique cela par le fait que ces deux pays ont le PIB par habitant le plus faible, et donc que les cagnottes standards constituent déjà un montant très important pour leurs habitants.

On peut également expliquer cela en remarquant que l’Espagne a une grande tradition de jeu syndiqué, c’est à dire le fait de se regrouper pour jouer collectivement. Cela entraîne des « inerties » dans la façon de jouer, qui rend moins faciles les changements d’habitude d’un tirage à l’autre.

Allemagne et Italie

Ces deux grands pays ne participent pas à l’Euromillions. Pourquoi ? L’étude ne le dit pas. Quelqu’un a-t-il une explication ?

Laisser un commentaire